Transports

L’aéroport international Léopold-Sédar-Senghor était le principal point d’entrée aérien vers le Sénégal jusqu’à son remplacement le 08 décembre 2017 par l’aéroport Blaise Diagne. Le 25 mai 1971, l’avion supersonique Concorde fait un premier vol de démonstration Paris-Dakar en 2 h 52 (dont 2 h 7 en vol supersonique) et le 21 janvier 1976 ouvre pour la première fois sa ligne commerciale Paris-Dakar-Rio. Le président Senghor assiste à son arrivée à l’aéroport de Dakar ainsi que les premiers passagers supersoniques de l’histoire de l’aviation. Le 1er avril 1982, c’est la fin de la liaison Paris-Rio.

Créée en 2000, la compagnie aérienne Air Sénégal International, filiale du groupe Royal Air Maroc, proposait depuis le 23 février 2001 des destinations vers l’Europe et l’Afrique. Membre de l’IATA depuis le 28 mai 20026, elle fut sacrée meilleure compagnie aérienne africaine en 2003. À la suite de difficultés financières et de différends entre ses principaux actionnaires, Royal Air Maroc et l’État sénégalais, elle a cependant arrêté tous ses vols le 24 avril 20096.

Une nouvelle compagnie baptisée Sénégal Airlines, dont l’État sénégalais est actionnaire minoritaire, a été créée en octobre 2009. Cette nouvelle compagnie dessert à partir de Dakar, et à compter du début 2010, une vingtaine de destinations africaines. Senegal Airlines a annoncé en novembre 2009 à l’occasion du salon de Dubai avoir commandé deux Airbus A330 et quatre Airbus A320. Mais en 2016, l’État retire la concession de commerce de la compagnie à cause du déficit budgétaire de l’entreprise.

Le réseau routier est bon dans l’ouest, mais se dégrade en allant de plus en plus à l’intérieur du pays. Le réseau de transport est bien développé dans les grandes villes avec des taxis, des bus9 et/ou des « cars rapides » en plus ou moins bon état. Dans les banlieues et les villes secondaires ce sont des taxis collectifs, des « cars rapides » et des calèches qui servent de transport. À l’intérieur du pays, les taxis-brousse sont utilisés pour se déplacer entre petites villes et villages. Le transport interurbain est assuré par des berlines à sept places, des bus interurbains et des cars blancs appelés Ndiaga Ndiaye qui peuvent être pris en allant dans les gares routières.

La gare de Dakar (gare de train) est la plus ancienne du Sénégal. Elle n’offre plus que la liaison Dakar-Thiès pour les voyageurs, la liaison avec Bamako (au Mali) étant désormais réservée au transport de marchandises.

Le transport maritime est constitué de chaloupes pour rejoindre l’île de Gorée à partir de Dakar, de la liaison maritime Dakar-Ziguinchor assurée par le Consortium sénégalais d’activités maritimes, de bateaux pour des croisières sur le fleuve Sénégal (comme le Bou El Mogdad). Il est constitué aussi de gros bateaux de transport de marchandises qui bénéficient du Port autonome de Dakar, qui est l’un des trois ports en eau profonde d’Afrique de l’Ouest, et de son terminal pour les conteneurs.

Auteur de l’article : doouggle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *